June Young Women Lesson: What are the keys of the priesthood?

Traduction en français/Click for French Translation

Introduce the doctrine

The two primary ways by which priesthood authority is distributed are through ordination to priesthood office and through priesthood keys.

The above offices I have given unto you, and the keys thereof, for helps and for governments, for the work of the ministry and the perfecting of my saints. D&C 124:143

priesthood-authority

Click to enlarge.

Priesthood Offices

When the Aaronic Priesthood is conferred on a man or boy, he is ordained to an office in that priesthood. The offices in the Aaronic Priesthood are deacon, teacher, priest, and bishop.  …The offices of the Melchizedek Priesthood are elder, high priest, patriarch, Seventy, and Apostle. Priesthood Organization, Gospel Principles, 2011 Reference A

With the exception of the sacred work that sisters do in the temple under the keys held by the temple president, which I will describe hereafter, only one who holds a priesthood office can officiate in a priesthood ordinance. Dallin H. Oaks Reference B

When someone is ordained to a priesthood office, he receives authority to officiate certain ordinances and perform certain duties.  Some of these duties, such as giving priesthood blessings, may be performed at his own discretion.  Others require permission from a priesthood leader with keys.

Priesthood Keys

Priesthood keys are the authority Heavenly Father has given to priesthood leaders to direct the use of His priesthood on earth. Jesus Christ holds all priesthood keys. “The keys of this dispensation,” which are necessary to lead the Church, were conferred on the Prophet Joseph Smith (see D&C 110:16). Today the members of the First Presidency and Quorum of the Twelve Apostles hold those keys. Priesthood keys are also given to the Presidency of the Seventy; presidents of temples, missions, stakes, and districts; bishops; branch presidents; and quorum presidents—including Aaronic Priesthood quorum presidents. What are the keys of the priesthood? Come Follow Me, 2015 Reference C

In the controlling of the exercise of priesthood authority, the function of priesthood keys both enlarges and limits. It enlarges by making it possible for priesthood authority and blessings to be available for all of God’s children. It limits by directing who will be given the authority of the priesthood, who will hold its offices, and how its rights and powers will be conferred. For example, a person who holds the priesthood is not able to confer his office or authority on another unless authorized by one who holds the keys. Without that authorization, the ordination would be invalid. This explains why a priesthood holder—regardless of office—cannot ordain a member of his family or administer the sacrament in his own home without authorization from the one who holds the appropriate keys. Dallin H. Oaks Reference B

Learn together

In his talk “Keys of the Priesthood,” Elder Russell M. Nelson uses an example from his profession as a doctor to explain priesthood keys. Ask the young women to think about the following questions as they read the quote. Discuss the answers to the questions together after reading it. (Note: it will be easier for the young women to interpret the analogy if they can see the quote. Display it in large print or give each young women her own copy to read.)

  • What in this analogy could represent being ordained to a priesthood office?
  • Holding priesthood keys?
  • What are the differences between priesthood offices and keys?

Prior to my call to the Twelve, I served as a medical doctor and surgeon. I had earned two doctor’s degrees. I had been certified by two specialty boards. That long preparation had consumed many years, yet it carried no legal permission. Keys were required. They were held by authorities of the state government and the hospitals in which I desired to work. Once those holding proper authority exercised those keys by granting me a license and permission, then I could perform operations. Russell M. Nelson Reference D

Delegated Authority

Mormon women are not ordained to priesthood offices nor hold priesthood keys, but priesthood authority may be delegated to women by priesthood leaders with keys.

Those who have priesthood keys—whether that be a deacon who has keys for his quorum or a bishop who has keys for his ward or a stake president who has keys for his stake or the president of the Church who holds all priesthood keys—literally make it possible for all who serve or labor faithfully under their direction to exercise priesthood authority and have access to priesthood power. M. Russell Ballard Reference E

Have the Young Women read the following excerpt from the Keys and Authority of the Priesthood by Dallin H. Oaks. Ask them to look for examples of ways women use delegated priesthood authority. After reading, work together to list ways that women use the priesthood authority.

I come now to the subject of priesthood authority. I begin with the three principles just discussed: (1) priesthood is the power of God delegated to man to act for the salvation of the human family, (2) priesthood authority is governed by priesthood holders who hold priesthood keys, and (3) since the scriptures state that “all other authorities [and] offices in the church are appendages to this [Melchizedek] priesthood” (D&C 107:5), all that is done under the direction of those priesthood keys is done with priesthood authority.

How does this apply to women? In an address to the Relief Society, President Joseph Fielding Smith, then President of the Quorum of the Twelve Apostles, said this: “While the sisters have not been given the Priesthood, it has not been conferred upon them, that does not mean that the Lord has not given unto them authority. … A person may have authority given to him, or a sister to her, to do certain things in the Church that are binding and absolutely necessary for our salvation, such as the work that our sisters do in the House of the Lord. They have authority given unto them to do some great and wonderful things, sacred unto the Lord, and binding just as thoroughly as are the blessings that are given by the men who hold the Priesthood.”7

In that notable address, President Smith said again and again that women have been given authority. To the women he said, “You can speak with authority, because the Lord has placed authority upon you.” He also said that the Relief Society “[has] been given power and authority to do a great many things. The work which they do is done by divine authority.” And, of course, the Church work done by women or men, whether in the temple or in the wards or branches, is done under the direction of those who hold priesthood keys. Thus, speaking of the Relief Society, President Smith explained, “[The Lord] has given to them this great organization where they have authority to serve under the directions of the bishops of the wards… , looking after the interest of our people both spiritually and temporally.”8

Thus, it is truly said that Relief Society is not just a class for women but something they belong to—a divinely established appendage to the priesthood.9

We are not accustomed to speaking of women having the authority of the priesthood in their Church callings, but what other authority can it be? When a woman—young or old—is set apart to preach the gospel as a full-time missionary, she is given priesthood authority to perform a priesthood function. The same is true when a woman is set apart to function as an officer or teacher in a Church organization under the direction of one who holds the keys of the priesthood. Whoever functions in an office or calling received from one who holds priesthood keys exercises priesthood authority in performing her or his assigned duties. Dallin H. Oaks Reference B

Ask the young women to share what they learned today. Do they understand the keys of the priesthood better? What feelings or impressions do they have? Do they have any additional questions? Would it be helpful to spend more time on this doctrine?

Be mindful that when you ask young women to share their feelings, both positive and negative feelings are potential responses.  Some of the young women in your class may feel concerned, frustrated or hurt about the exclusion of women from priesthood office and holding priesthood keys.

How can you be sensitive to young women who struggle with their exclusion from the priesthood?

  • Foster an open forum for discussion. Don’t chastise young women for expressing concerns.
  • Express empathy. Validate their concerns.  Simple statements like, “Yes, that is hard,” go a long way.
  • Do not use folk doctrine to explain gender disparities.  Explanations like, “Women have motherhood instead of priesthood,” or “Women access the priesthood through their husbands,” are even more unsatisfying when directed toward young women, who do not have children or husbands.  Another common folk doctrine is that women don’t need the priesthood because they are more spiritual than men; this idea stereotypes men as spiritually weak.
  • Avoid statements like, “I’m glad women don’t have the priesthood.  I wouldn’t want the responsibility.”  First of all, eschewing responsibility is antithetical to the Young Women values and theme. Secondly, the priesthood is a sacred gift, not a burden.  Finally, it is untrue that women of the church lack responsibility.  Many callings held by women in the church are as time-consuming as male callings.  More importantly, women are as responsible as men before God.
  • If young women ask your opinion, you may share it briefly but do not attempt to sway theirs. Clarify that you are expressing an opinion, not doctrine. Encourage young women to seek their own answers by “study and also by faith” (D&C 109:7).

 

priesthood-authority-fr

Présenter la doctrine

Les deux manière principales dont l’autorité de la Prêtrise est distribuée sont l’ordination à un office de la Prêtrise et les clés de le Prêtrise.

Les offices ci-dessus, je vous les ai donnés avec leurs clefs comme aides et comme gouvernements pour l’œuvre du ministère et le perfectionnement de mes saints. D&A 124:143

 

Les offices de la Prêtrise

Quand la Prêtrise d’Aaron est conférée à un homme ou à un jeune garçon, il est ordonné à l’un des offices de cette prêtrise. Les offices de la Prêtrise d’Aaron sont ceux de diacre, d’instructeur, de prêtre et d’évêque. … Les offices de la Prêtrise de Melchisédek sont : ancien, grand prêtre, patriarche, soixante-dix et apôtre. Priesthood Organization, Gospel Principles, 2011

À l’exception de l’œuvre sacrée que les sœurs accomplissent dans le temple sous la direction des clés détenues par le président du temple, que je décrirai ci-après, seule une personne qui détient un office de la prêtrise peut officier dans une ordonnance de la prêtrise. Dallin H. Oaks

Quand quelqu’un est ordonné à un office de la Prêtrise, il reçoit de l’autorité d’officier dans certains ordonnances et de faire certains devoir. Certains de  ces devoirs, comme donner des bénédictions de la Prêtrise, peuvent être faits à son discrétion. Pour d’autres, il faut la permission d’une dirigeant de la Prêtrise qui détient des clés.

Le clés de la Prêtrise

Les clés de la prêtrise sont l’autorité que Dieu a donnée aux dirigeants de la prêtrise pour diriger l’utilisation de sa prêtrise sur la terre. Jésus-Christ détient toutes les clés de la prêtrise. « Les clés de cette dispensation » qui sont nécessaires pour diriger l’Église ont été conférées à Joseph Smith, le prophète (voir D&A 110:16). Aujourd’hui, les membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres détiennent ces clés. Des clés de la prêtrise sont aussi conférées à la présidence des soixante-dix, aux présidents de temples, de missions, de pieux et de districts ; aux évêques, aux présidents de branches et aux présidents de collège, y compris les présidents des collèges de la prêtrise d’Aaron. Que sont les clés de la Prêtrise ?  Viens, et suis-moi, 2015

Dans le contrôle de l’exercice de l’autorité de la prêtrise, la fonction des clés de la prêtrise étend et limite tout à la fois. Elle étend en ce qu’elle permet à tous les enfants de Dieu de bénéficier de l’autorité et des bénédictions de la prêtrise. Elle limite en ce qu’elle désigne à qui sera donnée l’autorité de la prêtrise, qui détiendra ses offices et comment ses droits et ses pouvoirs seront conférés. Par exemple, une personne qui détient la prêtrise ne peut pas conférer son office ou son autorité à une autre personne, sauf si une personne qui détient les clés l’y autorise. Sans cette autorisation, l’ordination serait invalide. Cela explique pourquoi un détenteur de la prêtrise, quel que soit l’office, ne peut pas ordonner un membre de sa famille ni bénir la Sainte-Cène dans son propre foyer sans l’autorisation de la personne qui détient les clés appropriées.. Dallin H. Oaks

Apprendre ensemble

Dans son discours “Les clés de la Prêtrise,” Elder Russell M. Nelson utilise un exemple de sa carrière en tant que médecin pour expliquer les clés de la Prêtrise. Demandez aux Jeunes Filles de garder les questions suivantes en tête en lisant cette citation. Discutez les réponses aux questions après l’avoir lue.

  • Qu’est-ce qui représente l’ordination à l’office de la Prêtrise dans cette analogie?
  • Qu’est-ce qui représente détenir les clés de la Prêtrise ?
  • Quelles sont les différences entre les offices et les clés de la Prêtrise ?

Avant mon appel au Collège des douze apôtres, j’étais médecin et chirurgien. J’avais deux diplômes de médecine. Deux bureaux de spécialistes m’avaient certifié. Cette préparation très longue avait pris des années, et pourtant, à elle seule, l’instruction ne me permettait pas de servir le public. Pourquoi ? Parce que je devais avoir la permission légale. Cela ne pouvait être accordé que par des autorités du gouvernement de l’État et des bureaux de dirigeants des hôpitaux dans lesquels je voulais exercer. Dès que les officiels détenant la bonne autorité m’ont remis une licence et une permission, j’ai pu m’occuper des patients qui avaient besoin d’être opérés, pour les soulager de leurs maux.  Russell M. Nelson Reference D

De l’autorité déléguée

Les femmes de l’Eglise ne sont pas ordonnées aux offices de la Prêtrise et ne détiennent pas de clés, mais l’autorité de la Prêtrise peut être déléguée aux femmes par des dirigeants de la Prêtrise qui détiennent les clés.

Les frères qui détiennent les clés de la prêtrise permettent à toutes les personnes qui servent ou travaillent fidèlement sous leur direction d’exercer l’autorité de la prêtrise et d’accéder au pouvoir de la prêtrise.  M. Russell Ballard

Demandez aux Jeunes Filles de lire l’extrait suivant du discours de Dallin H. Oaks. Demandez-leur de chercher des exemples de comment les femmes utilise l’autorité déléguée de la Prêtrise.

J’en viens maintenant au sujet de l’autorité de la prêtrise. Je commencerai par les trois principes que je viens d’aborder : (1) la prêtrise est le pouvoir de Dieu délégué à l’homme pour agir pour le salut de la famille humaine, (2) l’autorité de la prêtrise est gouvernée par les détenteurs de la prêtrise qui détiennent les clés de la prêtrise et (3) comme les Écritures déclarent que « toutes les autres autorités [et] tous les autres offices de l’Église sont des annexes de cette prêtrise [de Melchisédek] » (D&A 107:5), tout ce qui est fait sous la direction de ces clés de la prêtrise se fait avec l’autorité de la prêtrise.

Comment cela s’applique-t-il aux femmes ? Dans un discours adressé à la Société de Secours, Joseph Fielding Smith, alors président du Collège des douze apôtres, a dit : « Bien que les sœurs n’aient pas reçu la prêtrise, qu’elle ne leur ait pas été conférée, cela ne signifie pas que le Seigneur ne leur a pas donné de l’autorité. […] Une personne peut recevoir de l’autorité, ou une sœur peut en recevoir, pour accomplir certaines choses dans l’Église qui ont force de loi et sont absolument nécessaires pour notre salut, comme l’œuvre que nos sœurs accomplissent dans la maison du Seigneur. Elle reçoivent l’autorité de faire des choses grandes et merveilleuses, sacrées pour le Seigneur et qui lient tout autant que les bénédictions qui sont données par les hommes qui détiennent la prêtrise7. »

Dans ce discours important, le président Smith redit et répète que les femmes ont reçu de l’autorité. Il a dit aux femmes : « Vous pouvez parler avec autorité, parce que le Seigneur a placé de l’autorité sur vous. » Il a également dit que la Société de Secours a reçu le pouvoir et l’autorité de faire de nombreuses choses. « L’œuvre que les sœurs accomplissent est accomplie par l’autorité divine. » Et, bien sûr, l’œuvre accomplie dans l’Église par les hommes et les femmes dans le temple, dans les paroisses ou les branches est accomplie sous la direction de ceux qui détiennent les clés de la prêtrise. S’adressant à la Société de Secours, le président Smith a expliqué : « [Le Seigneur] a montré le chemin qu’elles doivent suivre et leur a donné cette grande organisation où elles ont l’autorité de servir sous la direction des évêques des paroisses […] , veillant sur l’intérêt à la fois spirituel et temporel de notre peuple. »

Ainsi, il est clairement dit que la Société de Secours ce n’est pas simplement une classe pour les femmes, mais une organisation à laquelle elles appartiennent, une annexe de la prêtrise voulue par Dieu.

Nous n’avons pas l’habitude de dire des femmes qu’elles ont l’autorité de la prêtrise dans leurs appels dans l’Église, mais quelle autre autorité est-ce que cela peut être ? Quand une femme, jeune ou âgée, est mise à part comme missionnaire à plein temps, elle reçoit de l’autorité de la prêtrise pour accomplir une fonction de la prêtrise. Il en va de même quand une femme est mise à part comme officier ou instructrice dans une organisation de l’Église sous la direction d’une personne qui détient les clés de la prêtrise. Quiconque agit dans un office ou un appel reçu d’une personne qui détient les clés de la prêtrise exerce l’autorité de la prêtrise dans l’accomplissement de ses devoirs.  Dallin H. Oaks

Demandez aux Jeunes Filles de partager ce qu’elles ont appris. Est-ce qu’elles comprennent mieux les clés de la Prêtrise? Quels sont leurs sentiments ou leurs impressions ? Serait-il utile de passer plus de temps sur cette doctrine ?

Soyez attentive aux sentiment négatifs ou positifs des Jeunes Filles. Certaines pourrait se sentir frustrées, blessées ou inquiètes que les femmes soient exclues des offices et des clés de la Prêtrise.

Comment pouvez-vous être sensible aux Jeunes Filles qui ont du mal avec leur exclusion de la Prêtrise ?

  • Créez un environnement ouvert à la discussion. Ne réprimandez pas les Jeunes Filles pour avoir exprimé des soucis.
  • Exprimez de l’empathie. Des phrases simples comme ‘Oui, c’est difficile,’ font une grande différence.
  • Ne faites pas appel à la fausse doctrine pour expliquer des disparités de genre. Des explications comme ‘Les femmes ont la maternité au lieu de la Prêtrise’ ou ‘Les femmes accèdent à la Prêtrise par l’intermédiaire de leur mari’ sont encore plus frustrantes pour les Jeunes Filles, qui n’ont ni enfant ni mari. Une autre fausse doctrine et que la femme n’a pas besoin de le Prêtrise car elle est plus spirituelle que l’homme. Cette idée montre que les hommes sont faibles spirituellement.
  • Evitez des phrases comme ‘Je suis contente que les femmes n’aient pas la Prêtrise. Je ne voudrais pas la responsabilité.’ Rejeter de la responsabilité est contraire aux valeurs et au thème des Jeunes Filles. La Prêtrise est un don sacré et non pas un fardeau.
  • Si les Jeunes Filles demandent votre avis, partagez-le brièvement, mais n’essayez pas de changer le leur. Dites que vous exprimez une opinion et non pas de la doctrine. Encouragez les Jeunes Filles à trouver leurs propres réponses “par l’étude et aussi par la foi” (D&A 109:7).

April Young Bennett

April Young Bennett is an advocate, mother, professional, lover of the arts, hater (but doer) of housework and seeker of truth. Podcast: Religious Feminism Podcast Twitter: @aprilyoungb

You may also like...

1 Response

  1. rebba says:

    Love the post! I await the day that all worthy males choose to hold and exercise the priesthood in righteousness because the families of the world would be so blessed. Little by little I guess.

    Some ordinations come with keys but most dont. Keys held locally in a stake includes Deacons president, teachers president, bishop (who is the priests president) and stake president.

    I just though ide point that out because the first graph made it look like it was either ordination or keys but sometimes they are inclusive.

Leave a Reply