Leçon de la Société de Secours 2: Une bannière pour les nations, une lumière pour le monde

Cette leçon a été traduit et adapté par Emily Gilkey Palmer

EspañolEnglish

"Ensign Peak" By Argyleist

“Ensign Peak”
By Argyleist

Je commencerais cette leçon de la Société de Secours avec cette citation du manuel:

“Je crois et je témoigne que la mission de l’Église est d’être un étendard pour les nations et une lumière pour le monde. Un mandat nous a été confié, un mandat qui englobe tout et nous ne pouvons pas nous dérober à ce devoir. Nous acceptons ce mandat et nous sommes déterminés à nous en acquitter, et, avec l’aide de Dieu, nous le ferons.”

Qu’est-ce qu’une bannière/étandard? Merriam-Webster dit “: un drapeau qui est fait flotté (comme par un navire) qui peut également être flotté comme le symbole de la nationalité et ajouté à sa conception avec un badge distinctif.”

Comment sommes-nous arrivés à utiliser cette analogie d’un drapeau ou étendard?

Le 24 juillet 1847, un convoi de nos pionniers entra dans la vallée [du lac Salé]. Quelques-uns étaient arrivés un ou deux jours plus tôt. Brigham Young arriva le samedi. Le lendemain, on tint les réunions dominicales le matin et l’après-midi. Il n’y avait de salle d’aucune sorte pour s’assembler. Je suppose que, dans la chaleur étouffante de ce dimanche de juillet, les pionniers étaient assis sur le timon de leurs chariots ou appuyés contre les roues pendant que les frères parlaient. La saison était avancée, et ils devaient s’attaquer immédiatement à une tâche gigantesque, s’ils voulaient faire pousser des céréales pour l’année suivante. Mais le président Young les supplia de ne pas enfreindre le sabbat, ni alors ni à l’avenir.

Le lendemain, ils se séparèrent en groupes et explorèrent les environs. Brigham Young, Wilford Woodruff et une poignée d’autres [montèrent au-dessus de] leur campement. […] Ils escaladèrent un sommet en forme de dôme, non sans difficulté pour le président Young, du fait de sa récente maladie.

Arrivés au sommet, ils découvrirent [la] vallée au sud du lieu où ils se trouvaient. Elle était nue, à l’exception des saules et des roseaux poussant au bord des ruisseaux qui amenaient l’eau des montagnes au lac. Il n’y avait pas la moindre construction, mais Brigham Young avait dit ce samedi-là : “C’est ici.”

Ils nommèrent le sommet sur lequel ils se trouvaient « Ensign Peak », le pic de la Bannière, d’après la prophétie d’Ésaïe : “Il [Dieu] élève une bannière pour les peuples lointains, Et il en siffle un des extrémités de la terre : Et voici, il arrive avec promptitude et légèreté. (Ésaïe 5:26.)

“Il élèvera une bannière pour les nations, Il rassemblera les exilés d’Israël, Et il recueillera les dispersés de Juda, Des quatre extrémités de la terre.” (Ésaïe 11:12.)

En entendant ces hommes parler ce matin de juillet 1847, on aurait pu penser : « Quelle stupidité. » Ils ne ressemblaient pas à des hommes d’État animés de grands desseins. Ce n’étaient pas des dirigeants penchés sur des cartes pour tracer les limites d’un futur empire. C’étaient des exilés, chassés de leur belle ville sur le Mississipi, dans cette région désertique de l’Ouest. Mais ils étaient habités par une vision née des Écritures et de la révélation.

Je m’émerveille devant la justesse des prévisions de ce petit groupe. Quelle audace, quelle hardiesse ! C’est presque incroyable. Ils étaient à près de 1600 kilomètres de la colonie la plus proche à l’est et à près de 1300 kilomètres du Pacifique. Ils étaient dans un climat inconnu. Le sol était bien différent du limon de l’Illinois et de l’Iowa où ils avaient vécu dernièrement. Ils n’avaient jamais rien cultivé ici. Ils n’y avaient pas passé l’hiver. Ils n’y avaient érigé aucun bâtiment. Ces prophètes, dans leurs vêtements usés par le voyage et leurs bottes qui avaient parcouru plus de 1500 kilomètres de Nauvoo à cette vallée, parlaient sous l’influence d’une vision millénariste et de la vision prophétique de la destinée merveilleuse de cette cause. Ils redescendirent d’Ensign Peak ce jour-là et s’attelèrent à la tâche de réaliser leur rêve5. Manuel GBH

Qu’est ce que Brigham Young et les autres ont ressenti, pensez-vous, en voyant la vallée avec la vision qu’ils avaient pour ce qu’il deviendrait?

Comment vous sentez-vous dans votre propre vie quand vous pouvez voir toute la grande vision de quelque chose sur lequel vous travaillez avec Dieu?

Qu’ont-ils fait ces premiers pionniers après avoir été sur la montagne avec leur grande vision?

sQuelle est la relation entre la vision, la vue de l’ensemble du tableau, et le process de descendre des montagnes pour travailler sur les détails qui nous propulsent vers la réalisation de la vision?

Aujourd’hui, parfois, lorsque nous nous acquittons de nos responsabilités dans notre petite sphère, nous perdons de vue la perspective globale. Quand j’étais petit garçon, les chevaux de trait étaient couramment utilisés. Une partie importante du harnachement était la bride, qui comportait des œillères, une de chaque côté. Celles-ci étaient placées de façon à ce que le cheval ne puisse voir que droit devant lui, et pas sur les côtés. Elles étaient destinées à éviter qu’il soit effrayé ou distrait et à diriger son attention sur la route devant lui.

Certains d’entre nous font leur travail comme s’ils avaient des œillères. Ils ne voient que le chemin sur lequel ils sont. Ils n’ont pas de vision élargie.

Tandis qu’ils arrachaient les broussailles des vallées [d’Utah] pour y établir les bases d’une société, en accomplissant toutes les tâches matérielles nécessaires pour rester en vie et pour progresser, nos ancêtres [pionniers] ne perdaient jamais de vue la grande cause dans laquelle ils étaient engagés. C’est une œuvre que nous devons accomplir avec la vision qu’ils avaient. C’est une œuvre qui se poursuivra quand nous aurons quitté cette vie. Que Dieu nous aide à faire de notre mieux, nous, ses serviteurs, appelés par sa volonté divine, à poursuivre l’édification du royaume de nos mains imparfaites, unis pour produire ensemble un motif parfait 6. Manuel GBH

Alors que nous entamons une nouvelle année, comment pouvons-nous élargir la vision que nous avons du travail que nous faisons dans nos vies individuelles? Comment cela peut-il nous aider à être une bannière ou une lumière pour le monde? Une enseigne a généralement un symbole ou un emblème pour signifier quelque chose au sujet des personnes ou des lieux qui l’enseigne représente. Quelle est votre emblème que vous voulez que le monde voit? Quelques idées pourraient inclure l’amour, la charité, la lumière, la joie, la simplicité, la détermination, le pardon, la paix …

En pensant à propos de cette leçon et le début dune nouvelle année, je veux que

l’emblème sur mon drapeau soit la grâce. J’ai ressenti la présence de la grâce de Dieu si complètement dans ma vie, et je veux pouvoir être la présence de la grâce pour les autres. Je veux transformer chaque interaction sociale que j’ai en quelque chose de belle et gracieuse. Vous pourriez demander à la classe de penser à ce qu’ils veulent les individus dans l’emblème de leurs enseignes pour être cette année.

Gordon B. Hinckley a mentionné dans la citation ci-dessus que l’effort des pionniers dans la création et de travailler à leur vision était audacieuse et hardie. Qu’est-ce que cela signifie et comment pouvons-nous être audacieuse et hardie dans nos visions individuelles?

Le moment est venu d’être forts. Le moment est venu d’avancer sans hésitation, en toute connaissance de la signification, de l’ampleur et de l’importance de notre mission. Le moment est venu de faire ce qui est juste sans se préoccuper des conséquences. Le moment est venu d’être trouvés respectant les commandements. Le moment est venu de tendre la main avec gentillesse et amour aux gens qui sont dans la détresse et à ceux qui errent dans les ténèbres et la souffrance. Le moment est venu d’être prévenants et bons, corrects et courtois les uns envers les autres dans toutes nos relations.

Si nous voulons dresser l’Église comme un étendard pour les nations et une lumière pour le monde, nous devons revêtir davantage du lustre de la vie du Christ, individuellement et dans notre situation personnelle. Dans notre défense du bien, nous ne devons pas craindre les conséquences. Nous ne devons jamais avoir peur. Paul a dit à Timothée :

« Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse.

N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur » (2 Timothée 1:7-8) 9. Manuel de GBH

Hardiesse signifie que nous aimons quand les tâches sont difficiles. Cela signifie que nous choisissons le pouvoir, l’amour et un esprit sain au lieu de la peur. Cela signifie que nous choisissons de faire ce qui est juste, même quand il y a des conséquences lourdes. Quels sont vos points de vue des passages ci-dessus?

Parfois, l’audace et l’hardiesse peuvent être confondus avec arrogance. Comment pouvons-nous distinguer la différence?

Réjouissons-nous de cette période admirable de l’œuvre du Seigneur. Ne soyons ni orgueilleux ni arrogants. Soyons humblement reconnaissants. Et que chacun de nous prenne intérieurement la résolution de contribuer à l’éclat de cette œuvre magnifique du Tout-Puissant afin que sa lumière brille sur la terre entière comme un phare, apportant une force et une bonté que le monde entier pourra contempler 13. Manuel GBH

Parfois, l’idée de choisir d’être une lumière pour le reste du monde peut conduire à la rhétorique du monde étant dans l’obscurité. Parfois, l’idée d’une vision audacieuse et de tenir une bannière pour représenter qui nous sommes peuvent nous laisser avec un mentalité “d’eux contre nous.”  Les drapeaux sont souvent utilisés pour représenter une division des personnes ou des pays. Utilisant notre enseigne en tant que mesure de division ne fera que conduire à plus de peur et moins d’amour.

Comme l’a dit le président Aileen H. Clyde, «Nous pouvons être tourné par la peur à la recherche d’une protection contre un autre plutôt que de garder notre promesse d’être une lumière et une protection pour l’autre.” Aileen H. Clyde, Relief Society présidence “Pacte de l’amour.», Ensign, juillet 1995

Comment notre bannière peut-elle être différent? Nous avons chacun des choses uniques à offrir au monde. Quand nous choisissons l’amour, la puissance et la lumière que le président Hinckley a mentionné, notre étendard sera moins ‘une déclaration audacieuse au sujet de la façon dont nous nous distinguons des autres, et plutôt une façon de nous-mêmes et nos dons individuels dans le monde donne.

Ce sera un moyen de montrer aux autres que nous sommes la lumière et l’amour du Christ, que nous sommes un endroit sûr. Notre lumière ajoutera à l’éclat qui est déjà dans le monde. Notre bannière réunira au lieu de diviser.

Président Bonnie L. Oscarson a dit:

S’il y a des barrières, c’est parce que nous les y avons mises. Nous devons arrêter de nous concentrer sur nos différences et rechercher ce que nous avons en commun. Alors nous pourrons commencer à prendre conscience de notre immense potentiel et accomplir le plus grand bien dans ce monde. Marjorie P. Hinckley a dit un jour : « Comme nous avons besoin les unes des autres ! Celles parmi nous qui sont âgées ont besoin de celles qui sont jeunes. Et il faut espérer que vous qui êtes jeunes avez besoin de nous, qui sommes âgées. C’est un fait sociologique : les femmes ont besoin des femmes. Nous avons besoin de créer entre nous des amitiés profondes, satisfaisantes et loyales6. » Sœur Hinckley avait raison : comme nous avons besoin les unes des autres ! Unité entre soeurs comme nous avons besoin les uns des autres; Conférence Général Avril 2014, Bonne L. Oscarson)

Patricia T. Holland a dit:

Il est évident que le Seigneur nous a créé avec des personnalités différentes, ainsi que des degrés d’énergie différents, de santé, de talent, et d’opportunité. Tant que nous nous sommes engagés à vivre une vie de justice et fidèle dévouement, nous devrions célébrer ces différences divines, sachant qu’ils sont un don de Dieu. Il ne faut pas se sentir tellement effrayé et peu sûr de soi; nous ne devons pas avoir besoin de trouver des répliques exactes de nous-mêmes afin de se sentir validé en tant que femmes de valeur. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous pouvons être divisés, mais une chose est nécessaire pour notre unite — l’empathie et la compassion du Fils de Dieu vivant.”One Thing Needful: Devenir une femme de grande foi dans le Christ,” Octobre 1987; Patricia T. Holland

Quand nous embrassons l’empathie et la compassion du Christ comme a dit Sœur Hollande, nous serons en mesure de tenir une bannière de la lumière, l’unité et l’amour. Lorsque nous créons hardiment des visions larges avec l’aide de Dieu, et travaillons dur dans les tâches quotidiennes qui nous amènent à réaliser nos visions, nos vies vont ajouter à la lumière du monde. Ce serait une bonne occasion de demander aux sœurs si elles ont quelquechose d’autre qu’elles veulent partager des visions qu’elles ont et le travail qu’elles font pour répondre à ces visions et envoyer leur lumière dans le monde.

Jenny

Jenny graduated from BYU with a bachelor degree in humanities. she teaches yoga classes and spends her time hanging out with her four kids, reading, writing, and running.

You may also like...

Leave a Reply