May Young Women Lesson: How can I strengthen my testimony?

Traduction en français/Click for French Translation

For the lds.org lesson plan, click here.

testimony

Introduce the doctrine

To get a baseline of what we’re talking about, I would ask the girls to give a definition of “testimony.” What does it mean when we say we have a testimony? According to “True to the Faith,” a testimony is “a spiritual witness given by the Holy Ghost.”  Explain to the girls that we often have a testimony of things that we cannot see, but know in our hearts to be true.

Depending on the group of youth you’re teaching, it could be useful to discuss testimony as it relates to truth.  Is having a testimony the same thing as knowing a scientific fact?  Do we need to have a testimony of gravity, when there is evidence abounding that gravity exists?  Do we only need to have a testimony of things that aren’t scientifically or empirically measurable, or does a testimony include both things of science and faith?

I love Dieter F. Uchtdorf’s talk from April 2014 General Conference, where he talks about how he used to fly airplanes (of course!) and marvel at the expanse of the universe.  He talks about how our understanding of the universe has expanded over time with additional understanding and tools.  There is a video of his remarks here:



In this video, he says:

It was less than a century ago that most astronomers assumed that our Milky Way galaxy was the only galaxy in the universe. They supposed all that lay beyond our galaxy was an immense nothingness, an infinite void—empty, cold, and devoid of stars, light, and life. As telescopes became more sophisticated—including telescopes that could be launched into space—astronomers began to grasp a spectacular, almost incomprehensible truth: the universe is mind-bogglingly bigger than anyone had previously believed, and the heavens are filled with numberless galaxies, unimaginably far away from us, each containing hundreds of billions of stars.

In a very short period of time, our understanding of the universe changed forever. Today we can see some of these distant galaxies. We know that they are there. They have been there for a very long time. But before mankind had instruments powerful enough to gather celestial light and bring these galaxies into visibility, we did not believe such a thing was possible.

The immensity of the universe didn’t suddenly change, but our ability to see and understand this truth changed dramatically. And with that greater light, mankind was introduced to glorious vistas we had never before imagined.

I think we could use this opportunity to explain that a testimony isn’t meant to replace any knowledge or truth that we have, but instead to confirm what we have learned and build upon it.  We can gain a testimony of many spiritual things, including that Jesus Christ is our Savior, that the prophet is led by God today, and that God answers our prayers.  We might read about Christ in the scriptures, and see the prophet speaking at General Conference, and have a sudden epiphany that answers the questions we have been pondering – but it’s when we receive a testimony of those things in our heart, that we know that God has a hand in all three of those things.

Learn Together

How do we receive a testimony?  How do we gain this additional knowledge?  The answers to these questions could have already been discussed in a previous week’s lesson on Personal Revelation (the Exponent lesson plan for that lesson is found here), but I think it’s important to reinforce that we can receive a testimony in several different ways.  Some different ways can be found in the scriptures, like D&C 8:2-3 (being told in our minds and our hearts), D&C 9:7-9 (burning in the bosom after studying it out in our minds), and Alma 32:27-34 (by experimenting upon the things we believe, and seeing if they grow into good seeds that enlarge our souls and enlighten our understanding).  Additionally, Pres. Uchtdorf made this promise in his aforementioned April 2014 General Conference talk:

Is it possible to find truth?

The purpose of my remarks is to proclaim the joyful message that God Himself—the Lord of Hosts who knows all truth—has given His children the promise that they can know truth for themselves.

Please consider the magnitude of this promise:

The Everlasting and Almighty God, the Creator of this vast universe, will speak to those who approach Him with a sincere heart and real intent.

He will speak to them in dreams, visions, thoughts, and feelings.

He will speak in a way that is unmistakable and that transcends human experience. He will give them divine direction and answers for their personal lives.

Emphasize again that God will speak to us in dreams, visions, thoughts, and feelings.  I would share the story from Sister Cheryl Esplin’s recent talk in the General Women’s session, where she speaks of her great-grandfather’s sister, Elizabeth Staheli Walker, receiving answers to her questions in a dream:

 Several months ago I read the testimony of my great-grandfather’s sister Elizabeth Staheli Walker. As a child, Elizabeth immigrated to America from Switzerland with her family.

After Elizabeth married, she and her husband and children lived in Utah near the Nevada border, where they ran a mail station. Their home was a stopping place for travelers. All day and all night they had to be ready to cook and serve meals for travelers. It was hard, exhausting work, and they had little rest. But the greatest thing that concerned Elizabeth was the conversation of the people they associated with.

Elizabeth said that up to this time she had always taken for granted that the Book of Mormon was true, that the Prophet Joseph Smith had been authorized of God to do what he did, and that his message was the plan of life and salvation. But the life she was experiencing was anything but what would strengthen such a belief.

Some of the travelers who stopped were well-read, educated, smart men, and always the talk around her table was that Joseph Smith was “a sly fraud” who had written the Book of Mormon himself and then distributed it to make money. They acted as if to think anything else was absurd, claiming “that Mormonism was bunk.”

All this talk made Elizabeth feel isolated and alone. There was no one to talk to, no time to even say her prayers—although she did pray as she worked. She was too frightened to say anything to those who ridiculed her religion. She said she didn’t know but what they were telling the truth, and she felt she could not have defended her belief if she had tried.

Later, Elizabeth and her family moved. Elizabeth said she had more time to think and was not so distracted all the time. She often went down in the cellar and prayed to Heavenly Father about what was troubling her—about the stories those seemingly smart men had told about the gospel being bunk and about Joseph Smith and the Book of Mormon.

One night Elizabeth had a dream. She said: “It seemed I was standing by a narrow wagon road, which led around by the foot of a low rolling hill; halfway up the hill I saw a man looking down and speaking, or seemed to be speaking, to a young man who was kneeling and leaning over a hole in the earth. His arms were stretched out, and it looked as if he was reaching for something from in the hole. I could see the lid of stone that seemed to have been taken off from the hole over which the boy was bending. On the road were many people, but none of them seemed to be at all interested in the two men on the hillside. There was something that came along with the dream that impressed me so strangely that I woke right up; … I could not tell my dream to anyone, but I seemed to be satisfied that it meant the angel Moroni [instructed] the boy Joseph at the time he got the plates.”

In the spring of 1893, Elizabeth went to Salt Lake City to the dedication of the temple. She described her experience: “In there I saw the same picture [that] I had seen in my dream; I think it was [a] colored-glass window. I feel satisfied that if I saw the Hill Cumorah itself, it would not look more real. I feel satisfied that I was shown in a dream a picture of the angel Moroni giving Joseph Smith the [gold] plates.”

I love this example of Elizabeth getting conflicted messages about Joseph Smith’s prophetic call – she had believed that Joseph Smith was a prophet, and that the Book of Mormon was inspired scripture, but she had heard people casting doubts about this all around her.  So she took her questions to God in prayer, and she received an answer.  She didn’t receive it immediately, and she said that she prayed many times, but ultimately she had confirmation by both the dream she experienced and then seeing the images from her dream in the stained glass of the Salt Lake temple.  I would emphasize that we don’t always get our testimonies strengthened right away, and without great effort on our part.  But God will help us know what things are true if we continually seek to know truth.

I also love this quote from Relief Society General President Zina D. Huntington Young:

Seek for a testimony, as you would, my dear sisters, for a diamond concealed. If someone told you by digging long enough in a certain spot you would find a diamond of unmeasured wealth, do you think you would begrudge time or strength or means spent to obtain that treasure? Then I will tell you that if you will dig in the depths of your own hearts you will find with the aid of the Spirit of the Lord, the pearl of great price, the testimony of the truth of this work.

Once we have a testimony of a few (or many) things, how do we keep it strong?  I assume that after asking the youth these questions, we will get the normal “Sunday School” answers – say our prayers, read our scriptures, go to church, etc.  And these are all good and true answers, but I always like to include the following quote from Chieko Okazaki that reminds us that those things are only valuable as they bring us closer to Christ:

 I’m not going to tell you to read the scriptures, fast and pray, keep the commandments, attend the temple, and attend your meetings as ways of coming to know Christ. We all know that those things are important, and we know why they’re important. All of them will improve and strengthen our relationship with the Savior, but they are not the relationship itself, and sometimes we forget that. The relationship I’m talking about is a sense of presence, a sense of companionship, a sense of closeness. It’s a relationship not with an idea or a historical image but with a living individual.

Sometimes we fill our lives with pious rules and observances too, or let other people do it for us. We forget the Lord. We forget to love him. We forget to feel in our hearts his love for us. And that’s when our lives get out of balance, when our trees come crashing down in a windstorm because the roots are shallow, or when our little platform gets overbalanced and spills the beans we have balanced so busily and so carefully on it. – Chieko Okazaki, Aloha, p. 66-67, 76

It’s important to keep Christ as our focus, and to keep our hearts and minds pointed towards God.  We need to keep learning about God, thinking about God, praying about God, and trying to be like Jesus.  The more we live a Christlike life, the more knowledge we’ll receive that will strengthen our testimonies.  Again, quoting President Uchtdorf’s April 2014 General Conference talk:

The Savior has told us in our day, “That which is of God is light; and he that receiveth light, and continueth in God, receiveth more light; and that light groweth brighter and brighter until the perfect day.”

The more we incline our hearts and minds toward God, the more heavenly light distills upon our souls. And each time we willingly and earnestly seek that light, we indicate to God our readiness to receive more light. Gradually, things that before seemed hazy, dark, and remote become clear, bright, and familiar to us.

By the same token, if we remove ourselves from the light of the gospel, our own light begins to dim—not in a day or a week but gradually over time—until we look back and can’t quite understand why we had ever believed the gospel was true. Our previous knowledge might even seem foolish to us because what once was so clear has again become blurred, hazy, and distant.

I would also emphasize that our testimonies are very, very personal – we may not receive the same answers to our prayers as our friends, family members, or ward members.  We might even ask the same question as another person and get a different answer.  I love this quote from Chieko Okazaki:

Will my personal direction from God be the same as yours? I don’t think so. We’re individuals. God deals with us as individuals. This is the same God who made not just apples but pears and apricots and persimmons and grapes. He likes diversity. He invented it. – Chieko Okazaki, “Disciples,” page 52.

Additionally, we might only ever have a testimony of one or two basic things, or we might feel like it would take an entire library to house the things we know to be true.  But, as President Uchtdorf reminds us, “The Church is a home for all to come together, regardless of the depth or the height of our testimony. I know of no sign on the doors of our meetinghouses that says, ‘Your testimony must be this tall to enter.'”

I would close with a testimony of the grandeur of the gospel – that it’s much bigger and broader than we can imagine, just as the universe is much bigger and broader than we ever could have imagined.  Encourage the young women to approach God in prayer, to seek knowledge from the best books, and to think and to grow in the gospel.  I would probably end with the following quote from Sis. Okazaki:

I think that God is waiting for us to ask him. He wants to give to us and give generously, and he will not scold or reproach us. He doesn’t say, ‘Can’t you figure this out on your own?’ or ‘You, again! Didn’t I just see you this morning?’ No, he’s anxious to fill our souls with his goodness and his love. Our questions are just as important to us as Joseph Smith’s question was to him. And who knows, maybe the Lord has an answer for us that turns out to be as important to the world as Joseph Smith’s answer was to us today! – Chieko Okazaki, Cat’s Cradle, p. 87


Comment puis-je renforcer mon témoignage ?

Présenter la doctrine

Pour établir le sujet, je demanderais aux Jeunes Filles de définir un témoignage. Cela veut dire quoi quand nous disons que nous avons un témoignage ? Selon «Ancré dans la foi » un témoignage est « une attestation spirituelle donnée par l’Esprit. » Expliquez aux Jeunes Fille que nous avons souvent un témoignage des choses que nous ne pouvons pas voir, mais que nous savons dans notre cœur qu’elles sont vraies.

Selon votre classe, ce serait intéressant de parler du témoignage et sa relation à la vérité. Avoir un témoignage est-il similaire à savoir un fait scientifique? Avons-nous besoin d’avoir un témoignage de la pesanteur alors qu’il y a beaucoup de preuves qu’elle existe? Ou bien est-ce qu’un témoignage s’applique uniquement aux choses qui ne sont pas mesurables scientifiquement ou empiriquement ?

J’aime le discours de Dieter F. Uchtdorf de la Conférence Générale d’octobre 2014 quand il parle de comment il pilotait des avions et s’émerveillait devant la grandeur de l’univers. Il parle de comment notre compréhension de l’univers s’est agrandi avec le temps à l’aide de nouveaux outils. Il dit :

« Il y a moins d’un siècle, la plupart des astronomes supposaient que notre galaxie, la Voie Lactée, était la seule de l’univers. Ils supposaient que tout ce qui se trouvait au-delà de notre galaxie était un néant immense, un vide infini, froid et dépourvu d’étoiles, de lumière et de vie. Les télescopes devenant plus perfectionnés, entre autres des télescopes qu’on pouvait lancer dans l’espace, les astronomes ont commencé à percevoir une vérité spectaculaire et presque incompréhensible : que l’univers est inconcevablement plus grand que tout ce qu’on avait cru précédemment, que les cieux sont remplis de galaxies innombrables, à des distances inimaginables de nous, chacune d’elles contenant des centaines de milliards d’étoiles.

« En très peu de temps, notre compréhension de l’univers a changé à jamais. Aujourd’hui il nous est possible de voir certaines de ces galaxies éloignées. Nous savons qu’elles sont là. Elles sont là depuis très longtemps. Mais avant que les hommes aient des instruments suffisamment puissants pour capter la lumière céleste et rendre ces galaxies visibles, nous ne croyions pas qu’une telle chose fût possible. L’immensité de l’univers n’a pas changé tout d’un coup, mais notre capacité de voir et de comprendre cette vérité a changé radicalement. Et avec cette plus grande lumière, l’humanité a vu s’ouvrir devant elle des perspectives glorieuses que l’on n’avait précédemment jamais imaginées. »

Je pense que nous pourrons profiter de cette occasion pour expliquer qu’un témoignage n’est pas censé remplacer notre connaissance, mais doit confirmer ce que nous avons appris. Nous pouvons acquérir un témoignage des choses spirituelles : que Jésus Christ est notre Sauveur, que le prophète est guidé par Dieu aujourd’hui, que Dieu répond à nos prières. Nous pouvons lire dans les Ecritures et écouter un discours du prophète et avoir une épiphanie d’un coup qui répond à nos questions, mais c’est quand nous recevons un témoignage de ces choses dans notre cœur que nous savons qu’il y a la main de Dieu dans toutes ces choses.

Apprendre ensemble

Comment recevons-nous un témoignage? Comment acquérons-nous cette connaissance? Je pense qu’il est important de souligner que nous pouvons acquérir un témoignage de plusieurs façons. Certaines sont décrites dans les Ecritures, comme D&A 8 :2-3 (être instruit dans nos têtes et dans notre cœur), D&A 9 :7-9 (brulure de poitrine après avoir étudier dans notre cœur), et Alma 32 :27-34 (expérimenter les choses que nous croyons pour voir si elles produisent de bons fruits). Président Uchtdorf a fait cette promesse dans son discours :

« Est-il possible de trouver la vérité ?

« Mon but en disant cela est de proclamer le message joyeux que Dieu lui-même, le Seigneur des armées qui connaît toute vérité, a fait à ses enfants la promesse qu’ils peuvent connaître la vérité par eux-mêmes.

« Veuillez réfléchir à la portée de cette promesse :

« Le Dieu éternel et tout-puissant, le Créateur de ce vaste univers, parle aux personnes qui s’adressent à lui avec un cœur sincère et une intention réelle.

« Il leur parle dans des rêves, des visions, des pensées et des sentiments.

« Il parle d’une manière qui ne laisse pas de place au doute et qui transcende l’expérience humaine. Il leur donne des instructions divines et des réponses pour leur vie personnelle. »

Soulignez encore que Dieu peut nous parler par l’intermédiaire des rêves, des vision, des pensées et des sentiments. Je partagerais l’histoire que Sœur Cheryl Esplin a partagé dans la dernière session des Femmes :

« Il y a plusieurs mois, j’ai lu le témoignage de la sœur de mon arrière-grand-mère, Elizabeth Staheli Walker. Enfant, Elizabeth quitte la Suisse et immigre en Amérique avec sa famille.

« Après son mariage, son mari, ses enfants et elle vivent près de la frontière du Nevada où ils s’occupent d’un relais postal. Leur foyer est une escale pour les voyageurs. À longueur de journée et de nuit ils doivent être prêts à cuisiner et à leur servir des repas. C’est un travail dur et épuisant, et ils ont peu de répit. Mais ce qui préoccupe le plus Elizabeth, ce sont les conversations des personnes qu’ils fréquentent.

« Elle dit que, jusqu’à cette époque-là, elle a considéré comme allant de soi que le Livre de Mormon est vrai, que Joseph Smith, le prophète, a reçu l’autorité de Dieu de faire ce qu’il a fait et que son message est le plan de vie et de salut. Mais la vie qu’elle mène ne fait rien pour affermir une telle conviction.

« Certains des voyageurs qui s’arrêtent sont des hommes lettrés, instruits, intelligents et le sujet qui revient toujours à table est que Joseph Smith est un « imposteur rusé » qui a écrit lui-même le Livre de Mormon et l’a ensuite distribué pour se faire de l’argent. Il semble, à leur manière d’agir, qu’il est absurde de penser autrement ; ils affirment « que le mormonisme n’est que fadaise ».

« Tous ces propos provoquent chez Elizabeth un sentiment d’isolement. Il n’y a personne à qui parler, même pas le temps de prier, bien qu’elle le fasse pendant qu’elle travaille. Elle a trop peur pour dire quoi que ce soit aux gens qui se moquent de sa religion. Elle dit qu’elle n’est même pas sûre qu’ils ne disent pas la vérité et elle a le sentiment qu’elle ne pourrait pas défendre ses convictions si elle essayait de le faire.

« Plus tard, elle déménage avec sa famille. Elle dit qu’elle a davantage de temps pour réfléchir et n’est plus aussi distraite tout le temps. Souvent, elle se rend dans la cave et prie notre Père céleste au sujet de ce qui la perturbe, de ces histoires que ces hommes apparemment intelligents ont racontées sur l’Évangile qu’ils ont qualifié de fadaise et sur Joseph Smith et le Livre de Mormon.

« Une nuit, elle fait un rêve : Elle dit : « Il me semble me tenir sur un sentier étroit, qui mène au pied d’une petite colline. À mi-hauteur sur la colline, je vois un homme qui regarde vers le bas et parle, ou semble parler à un jeune homme agenouillé et penché au-dessus d’un trou. Il tend les bras comme pour attraper quelque chose dans le trou. Je vois le couvercle de pierre qui semble avoir été retiré du trou au-dessus duquel le garçon est penché. Il y a de nombreuses personnes sur la route, mais aucune ne semble accorder le moindre intérêt aux deux hommes sur la colline. Quelque chose se produit en même temps que le rêve et m’impressionne tellement par son étrangeté que je me réveille d’un coup, […] je ne peux raconter mon rêve à personne mais je suis convaincue qu’il représente l’ange Moroni instruisant le jeune Joseph au moment où il a obtenu les plaques. »

« Au printemps 1893, Elizabeth se rend à la consécration du temple de Salt Lake City. Elle décrit son expérience : « J’y vois la même image que celle de mon rêve. Je crois que c’était un vitrail coloré. Je suis convaincue que, si je voyais la colline Cumorah de mes yeux, elle ne me paraîtrait pas plus réelle. Je suis certaine que l’image de l’ange Moroni confiant les plaques d’or à Joseph Smith m’a été montrée dans un rêve. » »

J’aime cet exemple d’Elizabeth qui reçoit des messages contradictoires sur l’appel prophétique de Joseph Smith. Elle croyait que Joseph était un prophète et que le Livre de Mormon était inspiré, mais elle avait entendu d’autre personnes douter cela. Elle a posé ses questions à Dieu par la prière et elle a reçu une réponse. Elle ne l’a pas reçue immédiatement et elle a dit qu’elle a prié plusieurs fois, mais éventuellement elle a reçu une confirmation. Je dirais que nous ne recevons pas toujours cette confirmation tout de suite sans effort, mais que Dieu nous aidera à savoir ce qui est vrai si nous cherchons toujours à connaitre la vérité.

J’aime cette citation de la Présidente Générale de la Société de Secours, Zina D. Huntington Young:

« Recherchez un témoignage comme vous le feriez pour une diamant caché, mes chères sœurs. Si quelqu’un vous disiez que si vous creusiez assez longtemps dans un endroit spécifique vous y trouveriez un diamant de valeur incommensurable, pensez-vous que vous regretteriez le temps et l’effort et les moyens utilisés pour obtenir ce trésor ? Alors je vous dirais que si vous creusez dans les profondeurs de votre cœur, vous trouverez à l’aide de l’Esprit du Seigneur, la perle de grand prix, le témoignage de la véracité de cette œuvre. »

Une fois que nous avons un témoignage de ces choses, comment faisons-nous pour le maintenir? J’imagine que vous recevrez les réponses attendues : prier, lire les Ecritures, aller à l’Eglise, etc. Ce sont de bonnes réponses, mais j’aime lire cette citation de Chieko Okazaki qui nous rappelle que ces choses n’ont de la valeur que si elles nous rapprochent du Christ :

« Je ne vais pas vous dire de lire les Ecritures, de prier et de jeûner, de garder les commandement, d’aller au temple et d’assister à vos réunions pour apprendre à connaitre le Christ. Nous savons tous que ces choses sont importantes et nous savons pourquoi elles sont importantes. Elles vont toutes améliorer et fortifier notre relation avec le Sauveur, mais elles ne sont pas la relation elles-mêmes, et parfois nous oublions cela. La relation dont je parle est un sens de présence, de camaraderie, de proximité. C’est une relation pas avec une idée ou avec une image historique, mais avec une personne vivante.

« Parfois nous remplissons notre vie de règles pieux et d’observances aussi, ou bien nous permettons aux autres de le faire pour nous. Nous oublions le Seigneur. Nous oublions de l’aimer. Nous oublions de ressentir dans notre cœur son amour pour nous. Et c’est à moment-là que notre vie est en déséquilibre, quand nos arbres tombent dans la tempête car les racines sont peu profondes, ou quand notre plateforme perd l’équilibre et laisse tomber tous les haricots qui nous avons si soigneusement placés dessus. »– Chieko Okazaki, Aloha, p. 66-67, 76

Il est important de garder le Christ au centre et de garder nos cœurs tournés vers Dieu. Nous avons besoin de continuer à apprendre des choses sur Dieu, à penser à lui, à le prier et à essayer de devenir comme le Christ. Le plus que nous menons une vie comme le Christ, le plus de connaissance que nous recevrons pour fortifier nos témoignages. Je cite encore Président Uchtdorf :

« À notre époque, le Sauveur nous a dit : « Ce qui est de Dieu est lumière ; et celui qui reçoit la lumière et persévère en Dieu reçoit davantage de lumière ; et cette lumière devient de plus en plus brillante jusqu’au jour parfait. »

« Plus nous tournons notre cœur et notre esprit vers Dieu, plus la lumière des cieux se distille sur notre âme. Et chaque fois que nous recherchons cette lumière volontairement et sincèrement, nous montrons à Dieu que nous sommes disposés à recevoir plus de lumière. Peu à peu, ce qui paraissait auparavant brumeux, obscur et lointain devient clair, lumineux et familier.

« De même, si nous nous retirons de la lumière de l’Évangile, notre propre lumière commence à faiblir, pas en un jour ou une semaine mais graduellement, avec le temps, jusqu’à ce que, regardant en arrière, nous ne puissions plus comprendre comment nous avions jamais pu croire que l’Évangile était vrai. Notre connaissance antérieure peut même nous paraître insensée, parce que ce qui était précédemment si clair est redevenu flou, brumeux et lointain. »

Je soulignerais que nos témoignages sont très, très personnels. Nous n’allons pas forcément recevoir la même réponse à nos prières que nos amis. C’est possible de poser la même question que quelqu’un d’autre et de recevoir une réponse différente. J’aime cette citation de Chieko Okazaki :

« Ma direction personnelle de Dieu sera-t-elle la même que la vôtre ? Je ne pense pas. Nous sommes des individus. Dieu interagit avec nous en tant qu’individu. C’est le même Dieu qui a fait non seulement des pommes mais des poires, des abricots, des kakis et des raisins. Il aime la diversité. Il l’a inventée. » – Chieko Okazaki, “Disciples,” page 52.

En plus, peut-être que nous aurons un témoignage de seulement une ou deux choses simples ou bien nous pourrons remplir une maison des choses que nous savons. Mais, comme nous le rappelle le Président Uchtdorf, « L’Église est un foyer de rassemblement pour tous, quelle que soit la profondeur ou la hauteur de notre témoignage. À ma connaissance, il n’y a pas sur les portes de nos églises de panneau disant : « Vous ne pouvez entrer que si votre témoignage a cette taille. » »

Je finirais par rendre mon témoignage de la grandeur de l’Evangile, qu’elle est bien plus grande et plus profonde que nous puissions imaginer. Encouragez les Jeunes Filles à s’approcher de Dieu dans la prière, de chercher la connaissance des meilleurs livres et de penser et de grandir dans l’Evangile. Je partagerais cette citation de Sœur Okazaki :

« Je pense que Dieu attend que nous lui demandions. Il veut nous bénir généreusement et il ne nous reprochera pas. Il ne nous dit pas, ‘Tu ne peux pas trouver par toi-même ?’ ou ‘Encore toi ! On s’est pas vu ce matin ?’ Non, il a envie de remplir nos âme de sa bonté et de son amour. Nos questions sont aussi importantes pour nous que celle de Joseph Smith l’était pour lui. Et qui sait ? Peut-être que le Seigneur a une réponse pour nous qui finira par être aussi importante pour le monde que celle à Joseph Smith l’était pour nous aujourd’hui ! »– Chieko Okazaki, Cat’s Cradle, p. 87

Liz

Liz is a reader, writer, wife, mother, gardener, social worker, story collector, cookie-maker, and hug-giver.

You may also like...

1 Response

  1. Rachel says:

    This lesson plan is gold.

    I love Uchtdorf’s reminder of the expansiveness of our universe and our faith, and your insistence (paired with Okazaki’s!) that “our testimonies are very, very personal.” Thank you.

    I take a lot of comfort in a personal God who answers personally, in my (own Rachel) language.

Leave a Reply